Stade: Paul Cosyns. Pelouse: correcte et fleurie. Temps: Ensolleillé. Température: 21°

Arbitre central : Monsieur LANNOIS (District de l’Aisne)

1ère mi-temps

L’AFC débute la rencontre pied au plancher, et dès la 6ème minute, les joueurs locaux ratent de peu le cadre, une première chaude alerte, qui a le mérite de réveiller les brituliens, un peu timorés en ce début de rencontre. Au quart d’heure de jeu, les brituliens (évoluants en blanc et noir), commencent à montrer le bout de leurs crampons dans la surface de réparation compiègnoise et dès la 21ème minute, sur un centre du Capitaine Johann Delhommelle, Gauthier Douchet profite d’un relâchement du ballon par le portier compiègnois et d’une mésentente avec l’un de ses défenseurs pour chiper le ballon et le glisser dans le but compiègnois.

Le banc de l’USB explose de joie à la grande stupéfaction de spectateurs locaux médusés. Ce but a le mérite de voir la rencontre, à présent, s’équilibrer nettement. Les brituliens maîtrisent l’adversaire qui se montre, certes, rapide, mais trop imprécis. La pause approchant, les attaques compiègnoises se montrent plus pressantes et l’arbitre, visiblement satisfait de la tenue des débats, accorde 5 minutes d’arrêts de jeu. L’USB défend bec et ongles son court avantage et l’arbitre accorde deux minutes supplémentaires, soit 52 minutes pour cette première mi-temps.

A la pause, les hommes de Luc Courson mènent 1/0 en terre compiègnoise et réalisent une très bonne opération. Le coach distille ses recommandations pour la deuxième période en insistant sur le fait que tout pouvait encore se renverser et qu’il fallait faire preuve de grande solidarité et d’abnégation dans l’effort collectif.

Au retour des vestiaires, les brituliens reprennent la rencontre tambour battant. Les compiègnois semblant un ton plus bas. Alors que la rencontre se déroule dans un climat serein, l’arbitrage décide, à sa façon, de marquer les esprits. Alors que Gauthier Douchet bénéficie d’un contre favorable, bien lancé en profondeur, il file droit vers le but et réussit le crochet face au portier compiègnois. Le ballon déviant un peu, obligeant Douchet à se déplacer un peu plus, celui-ci se voit littéralement agrippé par le gardien désabusé. N’importe quel arbitre aurait désigné sans contestation possible le point de pénalty, mais notre homme en jaune, certainement ébloui par le soleil printanier, n’a rien vu. Cet évènement de jeu a le don d’exaspérer le banc britulien, et l’arbitre, conscient de sa bévue, ne réalise pas l’enjeu d’une telle rencontre (57ème). Manu Furlanetto, averti (68ème) pour une faute sur le numéro 9 compiègnois, réalise avec Jimmy Richy, un match très sérieux au milieu de terrain, donnant de bons ballons et agissant avec une légitime agressivité sportive. Les locaux, bien qu’imprécis se montrent encore bien dangereux sur quelques occasions, mais Fousseyni TANGARA veille au grain et les minutes s’égrennent tranquillement, jusqu’à la 77ème, où Maxime Langlois, en position de marquer se retrouve à terre, séché par un défenseur local et l’arbitre, une nouvelle fois, certainement aveuglé, ne bronche pas. Sur une action compiègnoise, un attaquant local récupéré par la patrouille britulienne, se voit l’objet d’un carton rouge direct pour une faute très peu évidente, visiblement l’arbitre doit être victime d’un coup de chaud. Eh bien non! Décidément bien en jambes à Compiègne, il accorde à nouveau 5 minutes d’arrêts de jeu pour permettre aux compiègnois de pousser à nouveau vers les buts brituliens. le climat du stade Paul Cosyns devant être particulièrement agréable pour l’arbitre, celui-ci accorde deux minutes de rab’ qui ne changeront rien au score final. L’US BRETEUIL décroche un précieux succès face à désormais un concurrent direct pour le maintien. Les vestiaires compiègnois résonnent encore du succès des visiteurs.

Anecdotes:

* Il aurait peut-être fallu que le sponsor du maillot compiègnois, le soit aussi pour l’arbitre central. Ce sponsor, ce sont les opticiens Krys… pour voir plus loin.
*
La rencontre aura donc duré 45 + 45 + 7 +7 = 104 minutes de jeu effectif… presqu’un quart d’heure picard supplémentaire.
* Toujours cette drôle de tablette, qui fonctionne avec parcimonie. Pas d’inquiétude pour le délégué officiel de la Ligue, dixit: on fera une feuille de match papier… si ça ne va pas…
* Fait inhabituel, de belles petites marguerites égayent le terrain d’honneur compiègnois..

Bravo à tous les joueurs, entraîneur et dirigeants pour cette performance.